10 conseils simples pour que votre animal vive plus longtemps

FacebookTwitterLinkedInPinterestCopy LinkShare

En tant que vétérinaire, on me pose souvent cette question: Que pourrions-nous faire pour garder notre chien ou notre chat en bonne santé le plus longtemps possible? J’aime ce genre de question car on parle ici de prévention!

Le sujet est vaste mais finalement je pense que la réponse ne l’est pas tout autant. On pourrait finalement résumer les actions à faire en quelques conseils. Voici donc nos 10 conseils santé qui suivent pour votre chien ou votre chat. Ils sont souvent très simples, dès aujourd’hui, vous pourrez éviter bon nombre d’affections très courantes et en anticiper d’autres. 

Pour beaucoup d’affections chroniques, un diagnostic précoce permet de ralentir leur processus pathologique. Dans notre quotidien de vétérinaire, nous voyons trop souvent des animaux arriver chez nous avec une maladie déjà trop bien installée, c’est-à-dire ayant déjà de nombreuses répercussions. Et lorsque l’on pose des questions, les propriétaires nous avouent souvent avoir remarqué des signes avant-coureurs qu’ils ne pensaient légitimement pas importants. 

En plus de plusieurs conseils pour améliorer le bien-être et la santé de votre animal, ce sont ces petits signes que nous allons découvrir ici. Parce que votre chien ou votre chat fait partie de votre vie, il est légitime que vous vouliez le meilleur pour lui. Et le meilleur passe aussi par votre capacité à reconnaître le pire.

Espérons que ces dix conseils de santé garantiront à vos animaux de compagnie une vie longue et saine.

Conseil santé #1 Un examen de santé annuel pour votre chien ou votre chat

S’il est bien une chose essentielle c’est celle-là: Une visite au moins une fois par an chez votre vétérinaire est indispensable. Souvent cette visite est le moment de mettre à jour ses vaccins mais ce n’est vraiment pas que cela.

Lors de cette visite, votre vétérinaire va ausculter votre chien de la tête à la queue et c’est un excellent moyen de repérer des pathologies débutantes que vous n’auriez même pas soupçonné. 

Un début de souffle cardiaque par exemple. C’est très souvent asymptomatique, donc il vous est impossible de repérer quoi que ce soit. Pourtant, c’est très souvent le meilleur moment pour commencer un traitement, ce qui va très significativement prolonger la vie de votre chien.

Sans cet examen, vous vous seriez rendu voir votre vétérinaire lorsque votre animal se serait mis à tousser ou à montrer une intolérance à l’effort, donc à un stade déjà beaucoup plus avancé de la maladie. Les traitements auraient été plus lourds mais surtout l’espérance de vie de votre compagnon aurait été nettement diminuée.

L’exemple du souffle cardiaque est un exemple parmi d’autres mais il souligne bien l’importance de cet examen annuel à ne pas résumer à un simple vaccin. 

Conseil santé #2 Un bilan sanguin régulier 

Que ce soit en bilan pré-anesthésique ou en prévention, si votre vétérinaire vous propose de faire un bilan sanguin pour votre animal, surtout n’hésitez pas à le faire!

Si votre animal est jeune, certes, il y a peu de risque de trouver quelque chose sur ce bilan sanguin mais cela servira surtout à avoir des valeurs de références. En effet, tous les animaux n’ont pas les mêmes valeurs de bases. Ces valeurs permettront, le moment venu, d’être comparées aux nouvelles valeurs. Néanmoins, ce bilan est souvent proposé lorsque votre animal atteint l’âge d’être “senior”. 

Prenons un exemple, c’est toujours plus parlant.

Désormais, le vétérinaire inclut souvent dans ce type de bilan un dosage de la SDMA. Qu’est-ce que c’est que ce truc là me direz-vous? Et bien le dosage de ce marqueur fiable du taux de filtration glomérulaire va tout simplement permettre aux animaux de vivre plus longtemps, rien que ça. Je m’explique.

Avant ce test, le diagnostic d’une insuffisance rénale (fréquent chez le chien, très fréquent chez le chat) ne pouvait se faire que lorsque 75% des deux reins étaient irréversiblement touchés. Vous imaginez la perte de chance quand on a un diagnostic si tardif? 

Et bien maintenant, grâce à ce simple test, il est possible de détecter une insuffisance rénale dès son tout premier stade car la concentration de SDMA augmente au fur et à mesure que la fonction rénale diminue, même à des stades très précoces. A un stade où ni vous, ni votre vétérinaire d’ailleurs, ne pourriez vous en douter.

Là aussi, le traitement précoce qui sera mis en place va allonger très nettement l’espérance de vie de votre animal.

L’insuffisance rénale était un exemple parmi d’autres. J’aurais pu vous parler de dérèglements thyroïdiens (hyperthyroïdie chez le chat, hypothyroïdie chez le chien) ou encore de diabète mais vous avez compris l’importance de ces bilans sanguins. 

Conseil santé #3 Surveillez son poids

On ne le dira jamais assez, l’obésité est la maladie la plus fréquente qui atteint nos animaux de compagnie, et de loin!

Et là, s’il y a bien quelqu’un qui peut agir c’est bien vous! Il faudrait un article entier pour vous décrire tous les bienfaits d’un poids optimal de santé pour votre animal (prévention des troubles ostéo-squelettiques, en premier lieu de l’arthrose, prévention du diabète, prévention des pathologies cardio-vasculaires, etc…).

La règle d’or avec l’obésité c’est de simplement ne pas la laisser s’installer. La prévention avant tout! Si vous la laissez s’installer, autant vous que votre animal aurez des difficultés pour la combattre. Votre animal car il va tout le temps vous demander à manger et ce sera ce que son corps va le lui réclamer, et vous car vous aurez tout le temps l’impression de priver votre animal. Et il n’y a pas plus culpabilisant que ça, croyez-moi! 

La solution: La courbe de poids.

Comment fait-on? Rien de plus simple. Vous prenez le poids de votre animal:

  • tous les mois jusqu’à 12 mois (pour les chats, les petits chiens et chiens moyens) ou 18 mois (pour les grands chiens)
  • Ensuite tous les trois mois durant toute sa vie. 

Inscrivez le poids dans son carnet de santé et le tour est joué. Et dites vous qu’il n’y a aucune raison valable qui justifie que votre animal prenne du poids passé l’âge d’un an pour les chats, les petits chiens et passé l’âge de de deux ans pour les grands chiens. La courbe doit être quasiment plate.

Si vous la voyez continuer à monter, prenez rendez-vous avec votre vétérinaire pour mettre en place le plus rapidement possible des solutions adaptées. Dites-vous bien que si votre animal développe de l’arthrose ou un diabète à cinq ans, vous pourrez toujours le faire maigrir ensuite mais le mal sera déjà fait ! 

??? Astuce: N’hésitez pas à aller peser votre animal chez votre vétérinaire. Il ne faut pas prendre de rendez-vous pour cela. Vous aurez le double avantage d’avoir un poids précis et d’habituer votre animal à se rendre chez son vétérinaire et de lui faire comprendre que vétérinaire ne rime pas avec injection. Croyez-en mon expérience, c’est beaucoup plus agréable pour tout le monde en consultation d’avoir un animal qui est habitué au lieu! 

Conseil santé #4 Offrez à votre animal une alimentation de qualité

Tout comme pour nous, la qualité de l’alimentation que vous offrez à vos animaux de compagnie est primordiale.

Je sais, il est difficile de s’y retrouver parmi la multitude d’offres d’aliments pour animaux. L’avantage des croquettes est pourtant indéniable. En plus de leur facilité d’utilisation, dites-vous bien que si vous deviez remplacer les croquettes par une alimentation ménagère, il vous faudrait de nombreux compléments alimentaires pour apporter suffisamment des nutriments dont votre animal aura besoin.

Loin de moi l’idée de dire qu’il soit impossible de faire une ration ménagère pour son animal mais il vaut mieux dans ce cas se faire aider par un vétérinaire nutritionniste pour être certain de ne rien oublier. 

Maintenant, soyons honnêtes, il y a croquettes et croquettes. Il vaut mieux éviter dans la mesure du possible les croquettes bas de gamme qui n’utilisent que des composants à bas coût dans leurs formules. Si vous voyez sur l’étiquette la mention “viandes” ou “sous-produits animaux” sans autre indication, dites-vous bien qu’il y a un problème.

Sans tomber dans l’excès, prévoyez tout de même un certain budget pour offrir à votre compagnon une alimentation de qualité. Toute bonne chose a un prix. 

Conseil santé #5 Surveillez la quantité d’eau que boit votre chien ou votre chat

Ce conseil peut vous paraître futile, voire difficile à mettre en œuvre, pourtant je mettrais facilement ce conseil dans le top 3 des conseils à suivre si l’on veut prolonger l’espérance de vie de son animal.

Beaucoup d’affections ont en commun d’entraîner ce que votre vétérinaire va appeler une PU/PD. Cette abréviation signifie polyurie/polydipsie, c’est-à-dire que l’animal se met à boire plus qu’avant et à uriner davantage également. On parle ici d’insuffisance rénale, de diabète, d’hypo ou d’hyperthyroïdie, de pyomètre, de maladie de Cushing ou d’Addison.  

Si vous pouviez vous rendre chez votre vétérinaire dès que la quantité d’eau bue par votre animal augmente de manière significative et pérenne, vous pourriez permettre à ce dernier de diagnostiquer peut-être la maladie dont souffre votre animal plus tôt et donc de le prendre en charge plus précocement. 

Pas besoin de faire ceci tous les jours. Passé l’âge de cinq ans, prenez pour habitude de le faire une fois par trimestre, passé l’âge de 10 ans, de le faire tous les mois.

Le mode opératoire est simple: Vous mettez à disposition une certaine quantité d’eau à votre animal (plus importante que ce qu’il boit habituellement en 24 heures). Le lendemain à la même heure, vous reprenez le récipient d’eau et vous calculez ce qu’il aura bu. Si le bol pèse 500 gr de moins, votre animal aura bu 500 ml. C’est tout simple et je vous assure que ça peut vraiment aider votre animal! 

De la même manière que pour la surveillance de son poids, n’oubliez pas de noter ces résultats dans le carnet de santé de votre animal. 

Conseil santé #6 Faites stériliser votre chien ou votre chat

Les avantages de la stérilisation sont nombreux. Très nombreux. Et ils ne sont pas négligeables du tout. Pour ne rien vous cacher, ils sont encore plus nombreux pour une femelle que pour un mâle.

Et à ceux qui répondent qu’une femelle doit au moins avoir une portée dans sa vie, je vous dirais que cette affirmation est sans aucun fondement. Il s’agit juste de votre propre vision de la maternité que vous projetons par anthropomorphisme sur votre animal. 

En faisant stériliser votre chienne ou votre chatte vous lui évitez par exemple:

  • les risques liés à la gestation (césarienne, avortements, …)
  • le risque de développer des tumeurs mammaires (souvent des cancers qui peuvent métastaser)
  • le risque de développer un pyomètre (infection utérine engageant le pronostic vital de manière certaine)
  • les risques de développer une lactation nerveuse après chaque cycle de chaleurs

Rien que pour ça, vous en conviendrez, ça vaut la peine d’en discuter avec votre vétérinaire, non ?

Retrouvez encore plus de conseils sur la stérilisation en lisant notre article concernant  article concernant la stérilisation de la chienne.

Conseil santé #7 Sécurisez votre intérieur

Ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre, nos animaux, surtout lorsqu’ils sont jeunes, sont curieux de tout!

J’imagine que vous voyez où je veux en venir. S’ils sont curieux, ils peuvent aussi rencontrer des dangers que vous ne soupçonnez même pas. Il existe par exemple de nombreuses plantes d’intérieur potentiellement toxiques que vous pouvez acheter dans n’importe quelle jardinerie.

Et bien qu’elles soient très décoratives elles peuvent aussi mettre la vie de votre animal en danger. 

 

Tout comme il existe des plantes ornementales toxiques, il existe également des aliments qui peuvent être très toxiques pour nos compagnons à quatre pattes. Parmi ceux-ci il y a le chocolat qu’aujourd’hui beaucoup de propriétaires ont identifié, mais il y a également les raisins, l’avocat ou encore les noix de macadamia

Enfin, n’oubliez pas de conserver tous les produits chimiques toxiques hors de portée de vos animaux de compagnie. Je pense ici tout particulièrement à l’antigel qui a un goût sucré et qui est très souvent mortel même à faible dose. 

Et une dernière chose: les médicaments (les vôtres ou ceux de votre animal) ne doivent jamais être à portée de vos animaux! Hop, dans la pharmacie!

Conseil santé #8 Protégez votre chien ou votre chat contre les parasites ! 

Les infestations par les parasites sont une cause fréquente et importante de maladie chez les animaux de compagnie et il vous sera facile de les prévenir. 

Ces parasites peuvent être internes, comme les vers et les protozoaires, ou externes, comme les puces et les tiques.

Qu’ils soient internes ou externes, ces parasites peuvent même constituer un danger pour d’autres membres de la famille comme les enfants. 

 

Avoir un plan de bataille bien organisé contre ces parasites n’est pas difficile. Aujourd’hui avec les calendriers sur les téléphones portables, c’est un vrai jeu d’enfant.

Pour les parasites internes, prévoyez d’en donner à votre animal tous les trois mois (un simple comprimé suffit). Pour les parasites externes, le mieux est de traiter toute l’année (les puces et les tiques n’ont pas le même calendrier!). Pour protéger votre animal contre les puces et les tiques, le traitement est souvent le même, disponible sous forme de pipettes ou de comprimés

Le mieux est de demander l’avis de votre vétérinaire qui pourra vous prescrire le traitement le plus simple et le plus adapté à votre animal. Evitez les pipettes de grande surface qui ne feront que repousser les parasites sans vraiment protéger votre animal. Autant ne pas dépenser votre argent avec un produit qui n’est que très peu efficace. 

 

Vous trouverez dans notre guide pour comprendre et combattre les puces des tas de réponses aux questions que vous pourriez vous poser.

N’hésitez pas non plus à consulter notre article Les tiques du chien: 5 choses à connaître pour en savoir plus sur les tiques.

Conseil santé #9 De l’exercice, de l’exercice et encore de l’exercice! 

Je vous rassure tout de suite, je ne vous parle pas de faire un marathon tous les jours avec votre chien ou de jouer pendant cinq heures avec votre chat!

L’exercice ça peut (et ça doit!) être quelque chose de simple, d’enrichissant et de quotidien. Si ce sont deux balades d’une demi-heure par jour c’est déjà très très bien!

L’exercice c’est la prévention de l’obésité, c’est maintenir une bonne musculature pour limiter l’apparition d’arthrose, c’est une bonne sociabilisation, c’est une relation enrichie entre vous et votre animal et j’en passe. 

De nombreuses activités de loisir se prêtent bien à les partager avec son chien. On pense ici à la randonnée bien entendu mais également au vélo, au jogging, au skate board ou encore à la trottinette…

En dehors de ces activités, il existe également d’autres disciplines qui peuvent se pratiquer en club. Je pense ici à l’agility en premier lieu mais aussi au canicross ou encore au frisbee ou à l’obéissance rythmée (appelée aussi dog dancing). Ces activités sont plus “officielles” en ce sens où elles sont toutes accessibles en compétition. 

Il ne fait aucun doute que votre animal se fera un immense plaisir de vous suivre dans l’activité sportive que vous aurez choisie.

? Attention cependant à limiter les activités trop intensives durant sa période de croissance.  N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire. 

Conseil santé #10 Prenez les devants, assurez votre chien ou votre chat

Comme nous venons de le voir, en suivant des conseils simples, vous pouvez prévenir bien des maladies et en détecter d’autres à un stade très précoce, ce qui peut considérablement augmenter l’espérance de vie de votre animal. 

Néanmoins, il existe des pathologies que vous ne pourrez éviter, qu’elles soient la conséquence d’un accident ou d’une maladie. Je pense ici par exemple aux fractures ou aux cancers

 

Ces pathologies sont très souvent des sources de dépenses importantes. Il n’est alors pas inutile de songer à souscrire une assurance santé pour votre animal. Il ne faut pas voir cette assurance comme une garantie de remboursement de tous les frais vétérinaires auxquels vous pourriez très bien subvenir vous-mêmes (vaccins, antiparasitaires, petite diarrhée, etc…) mais plutôt comme l’assurance de pouvoir subvenir à des coûts imprévisibles qui peuvent rapidement se monter à plusieurs centaines, voire dépasser le millier d’euros. 

Veillez à bien souscrire une assurance qui couvre votre animal autant en cas d’accidents que de maladies car les frais les plus importants que vous pourrez avoir seront ceux qui découlent d’une maladie.

Donc sans dépenser des fortunes dans des formules “100% remboursé” qui, certes, vous rembourseront les frais que vous étiez capables de payer, pensez sérieusement à envisager une assurance plus accessible qui fait ce que vous attendez d’elle: Vous donner un sérieux coup de pouce quand l’imprévisible arrive (en plus souvent au mauvais moment, ce n’est pas à vous que je vais apprendre cela)

N’hésitez pas à faire un devis, c’est gratuit et sans aucun engagement.

Pour en savoir plus sur l’assurance santé du chien, c’est ici.

Et pour le chat, c’est ici.

kozoo, assurance santé pour chiens chats 100% digitale, rembourse vos frais vétérinaires en cas de maladies, accidents, hospitalisations

Donnez-nous votre avis

Votre email ne sera pas affiché.

D'autres articles pourraient vous intéresser