La phytothérapie pour mon chien ou mon chat aussi

FacebookTwitterLinkedInPinterestCopy LinkShare

Vous avez certainement déjà entendu parler de phytothérapie puisqu’un Français sur deux aujourd’hui dit en posséder dans son armoire à pharmacie. 

Remontant à la nuit des temps, l’utilisation des plantes pour se soigner ou soigner ses animaux a été quelque peu écartée des habitudes dans nos sociétés occidentales au siècle dernier au profit d’une industrie pharmaceutique plus que florissante. Cette même industrie qui, paradoxalement, puise elle-même bon nombre de ses principes actifs dans le vivier des plantes, il faut bien le dire. 

Poussée principalement par les consommateurs en recherche d’une santé plus authentique et naturelle, notre époque a vu renaître l’attrait pour cette médecine qui nous relie à la nature plus qu’elle nous en éloigne. 

La phytothérapie s’insère désormais dans les habitudes tant des propriétaires d’animaux que des animaux eux-mêmes, puisque tout le monde, à deux comme à quatre pattes, peut aujourd’hui bénéficier très largement de ses bienfaits.

Bien évidemment, la connaissance des plantes ne s’improvise pas. Pour maîtriser les propriétés thérapeutiques des ces plantes que l’on dit “médicinales”, il faudrait plus d’une vie. Heureusement, que ce soit en médecine humaine ou vétérinaire, il existe des professionnels vers qui se tourner, comme a pu l’être Jacqueline Peker pour notre partenaire Phytocompagnon. Je vous invite en passant à parcourir sa très émouvante biographie sur son site.  

Bien entendu, le propos de cet article n’est nullement de dénaturer de quelque manière que ce soit la médecine dite allopathique qui a été et restera une avancée majeure dans la prise en charge de bon nombre de pathologies. Nous n’en serions pas où nous en sommes en termes de longévité et de confort de vie sans elle. 

Dans ma pratique de vétérinaire, j’ai toujours vu pour ma part une formidable synergie entre ces deux approches thérapeutiques. Il faut voir l’utilisation thérapeutique des plantes comme une voie plus large qui vise à complémenter l’action souvent très ciblée des médicaments allopathiques, assurant ainsi un environnement de soins et de traitements aussi complet que cohérent.

Mais qu’est-ce que la phytothérapie exactement ?

Vous l’aurez compris si vous ne le saviez déjà, la phytothérapie repose essentiellement sur l’emploi thérapeutique de plantes pour traiter ou soulager des syndromes ou des pathologies.  

Elles sont utilisées seules ou en complément d’une prise en charge médicale plus classique. Les plantes, choisies pour leurs propriétés, peuvent être administrées sous des formes diverses à nos animaux domestiques. La plupart du temps sous forme buvable, il existe aussi des comprimés ou encore parfois des pipettes à action locale. 

Il ne faut pas confondre phytothérapie et aromathérapie. Toutes deux ont comme matériel commun l’utilisation des plantes à visée thérapeutique mais l’aromathérapie (utilisation des huiles essentielles) est une branche spécifique de la phytothérapie. Tout comme peut l’être la gemmothérapie qui se base pour sa part sur l’utilisation de tissus jeunes de végétaux tels que les bourgeons. 

La phytothérapie, une source intarissable de connaissances

Comme nous venons de le voir, le champ des possibles de la phytothérapie est vaste. Très vaste. Infiniment vaste.

Voyez plutôt! L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a répertorié à ce jour plus de 22000 plantes médicinales! Et la liste ne fait que s’agrandir d’année en année. Vous imaginez un peu l’étendue de l’arsenal thérapeutique que nous offre la nature? Vous imaginez aussi l’enjeu de voir disparaître bon nombre de ces espèces sous couvert des déforestations massives que notre mode de vie actuel centré sur l’ultra-consommation impose. Mais c’est un autre sujet, je vous l’accorde.

Les nombreuses recherches scientifiques et les outils d’analyse disponibles aujourd’hui ont su mettre en évidence le mécanisme d’action de bon nombre de ces plantes (mais également des champignons ou des arbres). Ces études ont également permis de statuer sur leur efficacité par des tests comparatifs très poussés permettant de définir les contours et les limites de leur champ d’application. Bref, la phytothérapie ne doit rien au hasard, ce sont l’expérience et les preuves qui la gouvernent. 

Que sont les EPS ?

Les Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés, plus connues sous le nom d’EPS, et au nombre actuel de 56, sont des médicaments au sens littéral du terme. Il s’agit de concentrés d’une plante unique pour chacun d’entre-eux obtenus par un broyage à froid (à -90°C). Les molécules actives (souvent plusieurs par plante) sont récupérées de ce broyat par diverses extractions bien codifiées et ensuite préservées dans une solution glycérinée sans sucre ni alcool. Vous obtenez ainsi un flacon avec un concentré de la plante en question. Il ne s’agit donc nullement d’une “infusion” de plantes, les principes actifs étant ici infiniment plus concentrés. 

Cette technique n’est pas ancienne, les premiers EPS ayant commencé à être commercialisés au début des années 2000. 

Ces EPS sont à voir comme des matières premières à usage pharmaceutique, une palette de propriétés, utilisés pour réaliser des préparations magistrales afin de coupler les effets bénéfiques d’une plante avec une autre, en synergie et en complémentarité. De plus, ils sont soumis à la même réglementation que les médicaments, ce qu’ils sont très clairement.

La phytothérapie en pratique pour mon chien ou mon chat

Que puis-je traiter par la phytothérapie?

La gamme de produits de phytothérapie s’est considérablement étendue ces dix dernières années, portée au départ plus par l’engouement des propriétaires d’animaux que par celui des vétérinaires, il faut bien l’avouer. 

Aujourd’hui, il existe des formations post universitaires en phytothérapie pour les vétérinaires mais il y a vingt ans de cela, ce champ thérapeutique était rangé dans des tiroirs trop hauts (ou plutôt trop bas) que pour être intuitivement ouverts. 

A peu de chose près, on peut investiguer tous les domaines de la médecine vétérinaire avec la phytothérapie : 

  • troubles cutanés (allergie, démangeaisons, …)
  • troubles digestifs (diarrhée,constipation)
  • déséquilibres hormonaux
  • troubles neurologiques (épilepsie principalement) 
  • troubles comportementaux (anxiété, stress,…)
  • troubles immunitaires
  • troubles cardio-circulatoires 
  • troubles locomoteurs (arthrose principalement) 
  • troubles respiratoires (coryza du chat par exemple) 
  • troubles vésicaux (calculs)
  • troubles rénaux
  • troubles de sénescence (animal âgé)
  • Antiparasitaire (externe et interne)

Est-ce facile à administrer?

Une bonne observance du traitement est indispensable dans le domaine de la phytothérapie car il s’agit souvent de traitements de fond. 

De nombreuses évolutions dans ce domaine ont permis de rendre ces traitements plus faciles à administrer qu’auparavant. Une très large proportion des traitements le sont sous forme buvable. 

Bon nombre de propriétaires de chats ne me contrediront pas si je vous dis que les félins sont souvent les plus difficiles à contenter, notamment pour leur faire avaler un comprimé s’ils ne sont pas disposés à le faire. La forme buvable est donc dans ce sens parfois plus facile à administrer. 

Vers qui se tourner ? 

Une chose est sûre, un traitement de phytothérapie ne s’improvise guère. Afin d’en tirer tous les profits et d’encadrer son utilisation, il faut s’en remettre aux professionnels qui connaissent bien ce domaine et qui pourront vous conseiller sur le traitement adapté à votre animal et notamment sur:

  • Ses indications
  • Ses éventuelles contre-indications
  • Les interactions médicamenteuses à connaître si votre animal suit déjà un autre traitement. Il est donc important de signaler à votre conseiller tout traitement médicamenteux en cours avant de débuter un traitement phytothérapeutique.

Avant de savoir vers qui se tourner, commençons déjà par savoir vers qui ne pas se tourner, vous allez vite comprendre. La phytothérapie vétérinaire utilise les mêmes principes actifs, les mêmes plantes et les mêmes EPS que son homologue en médecine humaine. Certes. 

Pour autant, et vous en conviendrez, traiter un animal et un homme n’a strictement rien à voir. D’une part parce que les pathologies ne sont pas les mêmes et d’autre part car nous ne sommes pas constitués pareils. Sinon, à quoi servirait le métier de vétérinaire si un médecin de santé humaine pouvait très bien se débrouiller pour soigner nos animaux? 

Bien-sûr, il ne vous viendrait pas à l’idée d’aller voir votre médecin pour traiter votre chien ou votre chat. Mais vous pourriez par contre être tenté de traiter votre animal avec les mêmes spécialités de phytothérapie que celles qui vous sont destinées et qu vous avez dans votre armoire à pharmacie. Grave erreur. Même si certaines spécialités peuvent en effet convenir tant à l’homme qu’à l’animal (on peut par exemple penser aux fleurs de Bach que tout le monde ou à peu près connaît), une grande partie des traitements de phytothérapie destinés aux hommes ne sont pas à conseiller aux animaux (et inversement!).

Vous l’aurez donc compris, il faut vous tourner vers quelqu’un qui connaît la phytothérapie, certes, mais également quelqu’un qui connaît les animaux. 

Vous avez donc deux solutions pour trouver votre conseiller qui coche les deux cases précitées: un vétérinaire ou un spécialiste de la phytothérapie animale. 

Les vétérinaires

Désormais les vétérinaires ont tous accès aux spécialités de phytothérapie et seront de bon conseil pour vous orienter vers la spécialité la plus adaptée. Comme nous en avons déjà discuté, il existe désormais des filières post universitaires spécialisées dans ce domaine et de nombreux vétérinaires sont désormais des spécialistes reconnus de cette discipline. Outre le fait de pouvoir vous prescrire des spécialités prêtes à l’emploi, ils peuvent également vous prescrire un traitement individualisé en utilisant notamment les fameuses EPS dont nous avons déjà discuté également dans des proportions adaptées à votre animal. 

Les sites spécialisés

Ils sont nombreux mais il vous faudra faire le tri. Entre ceux qui “surfent sur la vague” et ceux qui sont multi-spécialistes, on peut vite s’y perdre. 

A mon sens, un bon site spécialisé en phytothérapie vétérinaire doit être un site qui est justement spécialisé dans ce domaine et dans aucun autre. C’est-à-dire qu’il ne vend pas des produits de phytothérapie et par ailleurs des produits d’homéopathie ou d’allopathie. D’autre part, méfiez-vous de ceux qui vendent des produits destinés autant à la médecine humaine que vétérinaire. Enfin, préférez un site qui a au moins dix ans d’activité, c’est-à-dire qui s’est spécialisé dans ce domaine depuis les débuts du renouveau de la phytothérapie, vous éviterez ainsi les opportunistes. 

Pour notre part, nous avons choisi un partenaire de confiance et d’expérience avec Phytocompagnon qui, depuis 16 ans, s’est spécialisé dans ce domaine qui demande de la passion et des connaissances pour satisfaire ses clients depuis tout ce temps.

Conclusion

J’aime assez l’idée de voir les médicaments allopathiques (ceux que votre vétérinaire vous prescrit le plus souvent) comme étant des clés agissant de manière puissante et très ciblée sur une serrure. Pour poursuivre dans cette analogie, la phytothérapie serait alors comme un trousseau de clés permettant d’ouvrir plusieurs portes sur les pourtours de la maladie traitée, et ce, de manière complémentaire. Parfois aussi le fameux trousseau permet de fermer des portes, je pense ici aux effets secondaires des médicaments allopathiques. 

C’est sans doute par cette synergie entre l’incroyable complexité scientifique de la recherche sur les nouveaux médicaments et l’intemporalité presque apaisante de la phytothérapie, reposant elle aussi sur des validations scientifiques ne l’oublions pas, que passe l’avenir de la thérapeutique vétérinaire. 

En tous cas c’est celle que j’imagine et que j’espère. 

kozoo, assurance santé pour chiens chats 100% digitale, rembourse vos frais vétérinaires en cas de maladies, accidents, hospitalisations

Donnez-nous votre avis

Votre email ne sera pas affiché.

D'autres articles pourraient vous intéresser